Skip to main content

Coupe du monde de hockey

Carey Price présent lorsque le besoin se fait sentir

Le gardien a donné à Équipe Canada le temps de trouver son rythme dans le premier match de la finale

par Arpon Basu @ArponBasu / Directeur de la rédaction LNH.com

TORONTO - Carey Price a dû y songer une seconde ou deux, mais il ne lui a pas fallu longtemps pour se souvenir exactement de ce qui s'était passé.

Après avoir donné à Équipe Canada la chance de trouver son rythme et d'éventuellement s'imposer 3-1 contre Équipe Europe dans le match no 1 de la finale de la Coupe du monde de hockey 2016 au Air Canada Centre mardi, Price a été questionné sur ce qui avait peut-être été sa seule erreur du match devant le filet.

Et il ne s'agit même pas du but qu'il a accordé.

Tôt en deuxième période, l'attaquant d'Équipe Europe Tobias Rieder a décoché ce qui semblait être un tir inoffensif du haut du cercle des mises en jeu, et Price a stoppé la rondelle avec sa jambière, mais a accordé un retour dans l'enclave, permettant ainsi à Frans Nielsen de diriger un lancer encore plus dangereux.

Ce jeu est ressorti en raison du faible nombre de fois où cela est arrivé à Price au cours de ce tournoi, ou même de sa carrière dans l'uniforme du Canada.

Et Price s'en souvenait.

« Je tente de diriger la rondelle au bon endroit, a indiqué Price, mais cela ne fonctionne pas toujours de cette façon. »

Pas toujours, non. Mais presque, dans le cas de Price.

Price a été excellent tout au long de la Coupe du monde, mais le jeu d'Équipe Canada devant lui a relégué son rendement au second plan.

Qui parle du gardien lorsqu'une équipe semble être en mesure de marquer des buts à volonté?

Price est l'ultime police d'assurance d'Équipe Canada. Comme toute police d'assurance, vous espérez ne jamais avoir à vous en servir, mais vous êtes heureux de l'avoir lorsque vous en avez besoin.

Équipe Canada a eu besoin de lui mardi. Et Price était là.

« Nous avons eu besoin de lui tôt dans le match ce soir, a reconnu l'entraîneur d'Équipe Canada Mike Babcock. Je pense qu'ils nous dominaient de manière assez éloquente au chapitre des lancers à un certain moment, et nous étions jusque-là une équipe qui dominait ses adversaires, mais ce ne fut pas le cas ce soir. »

Équipe Europe menait 9-3 dans la colonne des tirs à 6:37 du premier tiers, et la pression s'était installée dès la première présence de la rencontre. Anze Kopitar a décoché un tir d'un angle restreint que Price a stoppé, mais le retour s'est retrouvé sur le bâton de Tomas Tatar, qui a obtenu deux chances de marquer de qualité avant de forcer l'attaquant d'Équipe Canada Brad Marchand à écoper d'une punition pour double-échec alors que le match n'était vieux que de 21 secondes.

Video: EUR@CAN, #1: Price et Marchand se dressent tôt

Price a repoussé le seul tir d'Équipe Europe au cours de ce jeu de puissance, et Marchand est sorti du cachot quelques secondes avant de donner les devants à Équipe Canada 1-0 sur son premier lancer de la partie.

« Ils ont obtenu de très bonnes chances autour du filet, a noté le capitaine d'Équipe Canada Sidney Crosby. Ils ont dirigé beaucoup de rondelles au filet, et il était calme dans sa cage, très constant et il réalisait les arrêts lorsqu'il devait le faire. Cela nous a en quelque sorte permis de profiter des chances que nous avons eues. »

Équipe Canada n'aurait jamais obtenu cette avance si Price n'avait pas été à l'affût dès la mise en jeu initiale.

Mais il l'était, alors que ce n'était pas le cas de ses coéquipiers.

« J'étais prêt à jouer », a répondu Price lorsqu'il lui a été demandé s'il avait trouvé difficile d'entrer dans son match. « J'aime plonger dans l'action dès le départ. J'ai le sentiment que de pouvoir toucher la rondelle à quelques reprises tôt dans la partie est toujours une bonne chose. Je trouve cela plus difficile lorsque vous ne recevez aucun tir pendant, disons, huit minutes. C'est un peu plus difficile.

« C'est pourquoi je suis gardien, pour obtenir ces occasions. »

Price a remporté ses 15 derniers départs dans l'uniforme de l'unifolié au cours de trois tournois différents : quatre à la Coupe du monde, cinq aux Jeux olympiques 2014 de Sotchi et six au Championnat mondial junior 2007 de la FIHG. Il a maintenu une moyenne de buts alloués de 1,05 et un pourcentage d'arrêts de ,961 au cours de ces 15 départs, qui se sont échelonnés au cours d'une période où son rendement avait diminué de manière importante avec les Canadiens de Montréal.

En raison de l'inconstance affichée par Price à l'époque, certains doutaient qu'il allait jouer aux Jeux olympiques de Sotchi, et encore moins exceller comme il l'a fait. Ces Jeux olympiques ont catapulté Price dans le haut de l'échelle des vedettes de la LNH, un statut qu'il a cimenté en remportant les trophées Hart et Vézina en 2014-15.

La Coupe du monde a toutefois donné à Price la chance de montrer à tout le monde que la blessure au genou qui a mis fin à sa saison 2015-16 le 25 novembre n'avait pas laissé d'effets résiduels, et qu'il est le même gardien qui avait été presque parfait à Sotchi et qui a été le pilier des Canadiens, le gardien qui efface les erreurs de ses coéquipiers.

« Il effectue les arrêts importants au bon moment, a admis Marchand. Il semble toujours être en mesure de le faire. »

 

En voir plus