Skip to main content

Coupe du monde de hockey

Larionov impressionné par Équipe Amérique du Nord

Le membre du Temple de la renommée espère que le style de jeu des jeunots se reproduira dans la LNH et en Russie

par Tom Gulitti @TomGulittiNHL / Journaliste NHL.com

TORONTO -- En regardant la Coupe du monde de hockey 2016 au Air Canada Centre pendant les deux dernières semaines, Igor Larionov s'est rappelé le sport qu'il aimait jouer.

Il a trouvé plaisant la manière dont Équipe Europe est parvenue à surprendre presque tout le monde en atteignant la finale deux-de-trois contre Équipe Canada qui s'amorce au Air Canada Centre mardi (20h HE; TVA Sports, CBC, ESPN). Et dans le groupe de jeunots composant Équipe Amérique du Nord, Larionov a observé une créativité et une agressivité dont il voudrait voir plus.

« Cette Équipe Amérique du Nord était phénoménale avec leur style de jeu, a-t-il dit. C'est ainsi que le hockey doit être joué... Ces jeunes ont présenté du hockey très divertissant pendant 60 minutes. Il y avait un effort complet à l'attaque et un effort total à la défensive, cela m'a rappelé la Coupe du Canada en 1987 quand nous avons affronté Équipe Canada dans trois matchs. »

Larionov a indiqué qu'il considère la finale de la Coupe du Canada 1987 entre le Canada et l'Union soviétique comme étant le hockey au niveau le plus élevé. Chacun des trois matchs s'est terminé avec une marque finale de 6-5, les deux premières rencontres étant décidées en prolongation. Le Canada a remporté un match décisif enlevant grâce au but de Mario Lemieux avec 1:27 à jouer en troisième période.

Équipe Amérique du Nord, qui était éliminée en ronde préliminaire malgré une fiche de 2-1-0, a suscité des souvenirs de cette série pour Larionov. Le Russe, 55 ans, s'est retiré en 2004 à la suite d'une carrière exceptionnelle en Russie et dans la LNH, où il a remporté la Coupe Stanley trois fois avec les Red Wings de Detroit. Il chausse encore ses patins de temps en temps pour jouer dans la Ligue mondiale des légendes de hockey, qui inclut des joueurs ayant au moins 45 ans et qui est composée des équipes venant de Russie, de Suède, de Finlande, de la République tchèque, de Slovaquie, de l'Allemagne et de France. Une équipe suisse devrait bientôt se joindre à la ligue.

Larionov et son collègue Pavel Bure, un autre membre du Temple de la renommée du hockey, faisaient partie d'un groupe qui a rencontré le commissaire de la LNH Gary Bettman, le commissaire adjoint de la LNH Bill Daly et le président de la FIHG René Fasel à Toronto mercredi dans l'espoir que la LNH et des joueurs nord-américains s'y impliqueront.

« L'année dernière, mon trio incluait Sergei Fedorov et Pavel Bure, avec Slava Fetisov et Alexei Kasatonov. Ce n'est pas mauvais, a noté Larionov. C'est plaisant de tenir un événement marquant où nous jouons ensemble et montrer notre intelligence et notre compréhension du jeu, peut-être pas la vitesse des joueurs d'aujourd'hui. Vous pouvez encore voir notre compréhension. Les entraîneurs des jeunes pourraient regarder nos matchs et noter des exemples à montrer à la prochaine génération pour qu'elle voie comment le hockey peut être joué. »

Larionov a mentionné qu'il voudrait plus de la créativité et du style offensif d'Équipe Amérique du Nord tant dans la LNH qu'en Russie. L'état du hockey dans son pays d'origine est le sujet de l'heure après qu'Équipe Russie eut été éliminée par Équipe Canada en demi-finale de la Coupe du monde samedi.

« La Russie était bonne, a lancé Larionov. Pas magnifique. Mais bonne. »

Bure a fourni une évaluation semblable d'Équipe Russie, disant simplement, « Ils étaient décents. »

Mais après trois tournois olympiques consécutifs sans médaille, la défaite en demi-finale de la Coupe du monde a de nouveau obligé la communauté de hockey russe à s'interroger sur le manque de succès de son pays dans des tournois meilleur-contre-meilleur.

« C'est difficile à dire, parce que j'ai regardé beaucoup de hockey ici et j'habite ici en Amérique du Nord, alors je ne peux pas commenter cela, a dit Larionov. Mais je m'attendais à plus de créativité, plus de finesse et plus d'unité de cette équipe. C'est ce que j'espérais voir. Mais ce n'était pas le cas. »

En voir plus