Skip to main content

Coupe du monde de hockey

Mike Babcock n'a que faire de Cendrillon

Équipe Canada garde la même approche face à Équipe Europe

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

TORONTO - Mike Babcock n'a que faire de Cendrillon au tournoi de la Coupe du monde de hockey. L'entraîneur d'Équipe Canada s'intéresse davantage à Anze Kopitar et à ses coéquipiers d'Équipe Europe en vue de la finale qui va s'amorcer au Air Canada Centre mardi (20h HE; TVA Sports, CBC, ESPN).

« Je ne m'attarderai pas beaucoup à Cendrillon, ce n'est donc pas un problème pour moi. Je vais plutôt me préparer pour les Kopitar, Frans Nielsen, les défenseurs et les attaquants d'Équipe Europe. Je vais laisser Cendrillon en dehors du portrait », a réagi Babcock, lundi, quand on a évoqué le parcours digne d'un conte de fées que vivent les Européens à Toronto.

« Ils ont mérité leur place dans le tournoi. Ils ont vaincu plusieurs bonnes équipes. Ils ont trouvé le moyen de progresser comme groupe, malgré les doutes qu'on entretenait à leur endroit. Ils ont fière allure tant qu'à moi. J'aime leur groupe de défenseurs, leur gardien et leurs joueurs de centre. Ils sont structurés. Les gars s'apprécient et se soutiennent tous et chacun. C'est ce que j'appelle une bonne équipe », a dit Babcock.

« Nous sommes enthousiastes de les affronter. Nous avons la chance de prendre part à la finale de la Coupe du monde de hockey. Nous pouvons difficilement demander mieux. »

Largement favorite pour l'emporter, Équipe Canada demeure concentrée sur la tâche à accomplir. Pour les joueurs, peu importe que les rivaux soient Équipe États-Unis, Équipe Russie ou Équipe Europe, l'approche demeure la même.

« C'est comme ça depuis le début du tournoi : nous devons composer avec un haut niveau d'espérance et une forte pression de devoir remporter le tournoi dans notre pays, a relevé l'attaquant Steven Stamkos. On ne parle que de ça chez les amateurs, mais pas entre nous au sein de l'équipe. L'attitude que nous avons, c'est de gagner chacun des matchs.

« C'est la philosophie des dirigeants et le personnel d'entraîneurs dans leur approche avec les joueurs et la préparation de l'équipe. C'est très facile d'aller sur la patinoire et de faire ce qu'on nous demande, en sachant que si nous le faisons correctement nous aurons très probablement du succès.

« On a eu un bel exemple dans notre dernier match. Nous étions en recul au score, mais dominants sur la glace. Nous savions qu'en continuant de jouer de la bonne façon, le vent finirait par tourner de notre côté.

« C'est ce qu'il y a d'unique avec ce groupe de joueurs vedettes : il est prêt à tout faire pour jouer de la bonne façon et gagner. »

Équipe Canada regorge de leaders forts, mais on dit qu'aucun d'entre eux ne ressent la nécessité de s'élever au-dessus de ses coéquipiers. Chacun exerce son leadership, sans fanfaronnade.

« Nous n'avons pas besoin de parler tant que ça entre nous. Tous savent ce qu'ils ont à faire et ils le font », a mentionné le défenseur Drew Doughty.

« Il y a différents types de leaders dans l'équipe, a noté le défenseur Shea Weber. L'important, c'est que chacun reste soi-même. »

Babcock a admis que c'est un charme de côtoyer la crème des hockeyeurs canadiens.

« Ils sont bien entraînés et préparés, ils savent exactement ce qu'ils doivent faire et ils acceptent tous de le faire. Ils possèdent tous une intelligence au jeu supérieure. Ce sont des leaders dans leur équipe respective de la LNH, de grands compétiteurs. Ils ne sont pas différents des joueurs d'Équipe Europe, en ce sens que la finale représente une occasion unique pour eux. Une occasion qui pourrait ne plus jamais se présenter. Il n'y a pas de meilleure raison d'être prêt à tout et de se défoncer pour la cause. »

Le caractère atypique de l'affrontement, dénué des facteurs émotivité et patriotique contrairement à si ç'avait été un choc face à Équipe Suède ou même contre les jeunots d'Équipe Amérique du Nord, fait bien l'affaire de Babcock.

« C'est une bonne chose parce que je n'ai pas à me préoccuper de cet aspect-là. Je peux uniquement me concentrer sur ce que nous devons faire afin de connaître du succès. »

En voir plus